Joana's Journal Intime.

Enfaite tu te donnes des airs comme ça mais t’es gentil. -Ta gueule.

New Collège.

PARFAIT.

Chakib & Bilel m’ont fait rencontrer du moooonde. Genre psm je connais presque tout le lycée là.
Dans ma classe je suis super bien intégrée!.
Je suis Joana, la sœur de Chakib&Bilel, leurs protéger.
Tranquille, mon image est toute proche, mais bon, la peinture est fraîche. 
Sinon tout est parfait.

New Collège.

PARFAIT.

Chakib & Bilel m’ont fait rencontrer du moooonde. Genre psm je connais presque tout le lycée là.
Dans ma classe je suis super bien intégrée!.
Je suis Joana, la sœur de Chakib&Bilel, leurs protéger.
Tranquille, mon image est toute proche, mais bon, la peinture est fraîche.
Sinon tout est parfait.

Coucou Cyril.

Coucou Cyril.

Quand il est là je sais plus quel est le plus beau jour que j’ai passée.
C’est tellement magique!.
Son regard, maman son regard!.
Je serai capable de le regarder des heures dans les yeux.
Et chaque soir c’est comme si c’était la meilleure des fois, le paradis.
Hier c’était la fête des lumières, a Lyon c’était MERVEILLEUX, mieux que Disneyland mon pote.
Ah oui! Matis a vu Quentin! Enfin Quentin a vu matis ….
Ils s’étaient donnée rdv tsais , j’étais un peu énervée.
Mais bon.
“Joana ma pote de la teci -Quoi ta pote? J’suis pas ta pote moi!. -Ta honte? -Bon aller tu me fais déjà chier retourne a Paris c’est bon.” Voilà comment ça a commencée.
Il m’a lâchée un OK, y’a eu un blanc, je l’ai regardée genre: Pourriture. Il m’a embrassé. 
Ça a commencée.
Il était 3 heure du mat on était callee dans un parc avec un peu de fourniture, tout en haut de Lyon, on avait la plus belle vu!.
 Je l’aime beaucoup trop. 
Il est parti ce matin, c’était dur de lui faire quittée le lit, vraiment trop dur.
Matis 🌟.

Quand il est là je sais plus quel est le plus beau jour que j’ai passée.
C’est tellement magique!.
Son regard, maman son regard!.
Je serai capable de le regarder des heures dans les yeux.
Et chaque soir c’est comme si c’était la meilleure des fois, le paradis.
Hier c’était la fête des lumières, a Lyon c’était MERVEILLEUX, mieux que Disneyland mon pote.
Ah oui! Matis a vu Quentin! Enfin Quentin a vu matis ….
Ils s’étaient donnée rdv tsais , j’étais un peu énervée.
Mais bon.
“Joana ma pote de la teci -Quoi ta pote? J’suis pas ta pote moi!. -Ta honte? -Bon aller tu me fais déjà chier retourne a Paris c’est bon.” Voilà comment ça a commencée.
Il m’a lâchée un OK, y’a eu un blanc, je l’ai regardée genre: Pourriture. Il m’a embrassé.
Ça a commencée.
Il était 3 heure du mat on était callee dans un parc avec un peu de fourniture, tout en haut de Lyon, on avait la plus belle vu!.
Je l’aime beaucoup trop.
Il est parti ce matin, c’était dur de lui faire quittée le lit, vraiment trop dur.
Matis 🌟.

La Quatrième.
ClemMar. Ça me manque.

La Quatrième.
ClemMar. Ça me manque.

Tu sais pas lire dans mes yeux lis pas dans mes mains salope.

-C’est étrange, je ne suis pas encore amoureuse de toi mais j’ai une très forte envie de te dire je t’aime. Je ne sais pas si c’est à cause du fait qu’on est déjà très attaché l’un à l’autre ou si il y a un lien très fort entre nous. C’est peut-être les deux au fond. J’ignore tout de la réponse mais je sais au moins une chose c’est que ton absence est très longue et que j’ai vraiment hâte que tu me reviennes, car oui, tu me manques. E.-


La mort n’est rien,
T’es simplement passé dans la pièce d’à coté.
Ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours.
Je te donnerais le nom que je t’ai toujours donné. Papa.
Je te parlerai comme je l’ai toujours fait.
Je n’emploierai pas un ton différent.
Ne prendrai pas un air solennel ou triste.
Continuerai à rire et à penser à toi.
Ton nom sera prononcé comme il l’aurait toujours été.
Sans emphase d’aucune sorte et sans trace de honte.
Pourquoi serais-tu hors de portée de ma pensée ?
Parce que tu es simplement hors de ma vue ?
Tu m’entends, tu n’es pas plus loin, juste de l’autre coté du chemin.
Et, en moi.
“Sois forte” j’ai l’habitude et tu dois sûrement me faire confiance pour ça, je te le promet, d’être forte.
Je t’aime, a la folie.

Et parfois t’es perdu.
J’ai peut être trop cacher mes sentiments, j’ai besoin de crier, vider mon sac.
Ça fait beaucoup trop longtemps que je suis forte.
Beaucoup trop longtemps que tout va malheureusement très bien.
Beaucoup trop longtemps que je me mens a moi même.
Tout les jours.
Trop longtemps que je pleure a l’abris de tous.
Trop longtemps que je fais semblant,
Que je me mets un masque,
Que je suis heureuse.
Peut être qu’il faudrait que je songe a être malheureuse.
A l’être a part entière.
A arrêter avec mes mythos, arrêter de faire rêver avec ma vie tellement magnifique!.
Au fond, tout est mort.
J’devrai faire actrice sûrement; personne n’a encore remarquer que je jouais la comédie quand je disais que tout aller pour le mieux?.
Aujourd’hui la famille n’existe plus.
Ma maison se transforme en prison.
Mon cœur est une grosse pierre que j’aimerai balancer par la fenêtre a force de trébucher dessus.
J’vais hiberner, a jamais.
Tout l’monde peut me dire au revoir, mon masque s’est déchiré, je l’ai jetée sous la contrainte.
Je suis comme eux, je suis morte.


Maintenant je sais, je sais pourquoi je t’aime tant, parce que malgré que tu foute la merde, t’es toujours présent, toujours a mes cotées, tu as le respect de mon papa, jamais je te lâche, c’est toi. C’est toi qu’il me faut. T’es là dans les moments les plus solennel, t’es toujours là quand je vais mal, toujours. -Q. P M S GS ?. Bientôt sûrement. Et j’ai pas peur, j’ai plus peur. Je t’attends.